Je souffre du côlon irritable : comment vivre avec ?

. 4 minute lire

Sans grande gravité, le syndrome du côlon irritable altère considérablement la qualité de vie du patient. Il résulte d’un trouble du fonctionnement de l’intestin et est à l’origine d’importantes douleurs abdominales. Comment diagnostiquer la pathologie ? Et surtout comment la surmonter au quotidien. On vous donne quelques pistes.

Aussi appelé syndrome de l’intestin irritable, cette pathologie est dû des troubles du fonctionnement de l’intestin. Douleurs abdominales, inconfort lors de la digestion et troubles du transit font donc partie du quotidien des patients. Cette maladie touche environ 5 % de la population française selon les chiffres de l’Assurance Maladie. Le diagnostic se fait en principe entre l’âge de 30 et 40 ans. Sans gravité, le syndrome du côlon irritable altère énormément la vie quotidienne des patients.

Pourquoi tant de douleurs ?

Les patients à l’intestin irritable vont subir les douleurs après avoir ingéré de la nourriture en principe. Si l’inconfort peut être continu, il va s’accentuer au moment de la digestion. Les aliments se déplacent, soit trop rapidement, soit trop lentement dans l’organisme, ce qui provoque des diarrhées et/ou constipations. Les intestins sont plus sensibles chez les personnes victimes de cette maladie. Les ballonnements et douleurs intestinales, que nous ressentons tous, vont être plus violents et plus difficiles à supporter chez les personnes atteintes du syndrome.

Quels sont les facteurs de risque de la maladie ?

Selon l’Assurance Maladie, le syndrome de l’intestin irritable peut-être dû à plusieurs facteurs : la fatigue ou les situations de stress notamment. Il peut survenir avec des grands changements dans le quotidien comme un déménagement, voyage ou nouveau poste. En cas d’anxiété, un régime alimentaire non équilibré ou des excès de repas copieux vont amplifier les symptômes. Et par ailleurs, le syndrome du côlon irritable peut aussi se déclencher après une infection intestinale.

En principe, pendant les périodes de repos ou les vacances, les symptômes auront tendance à diminuer.

Les symptômes qui ne trompent pas

Sans grande surprise, on retrouve parmi les symptômes les maux de ventre et douleurs abdominales. Elles surviennent en générale après le repas et peuvent durer quelques heures ou plusieurs jours. L’émission de selles ou de gaz soulage les patients. Les ballonnements et crampes peuvent aussi s’accompagner de bruits à l’intérieur du tube digestif. Ils sont dus au déplacement des gaz et des liquides. Enfin, les patients peuvent aussi être sujets à des constipations et diarrhées.

Comment soulager les maux ?

Pour soulager les maux rapidement, vous pouvez pratiquer l’automassage, souvent utile pour les douleurs au ventre quelles qu’elles soient. « Un automassage du ventre relance la motricité du côlon et aide à la progression de ces gaz douloureux, mais aussi à la progression des selles », recommande le Dr Martine Cotinat, gastroentérologue. L’idéal est de la pratiquer allongé tout en relâchant la pression. Effectuez le massage dès que la douleur survient. Vous pouvez très bien ajouter quelques gouttes d’huile végétale, avec éventuellement une huile essentielle, pour rendre le massage plus agréable.

Quel régime alimentaire est idéal ?

« L’idéal est d’opter pour un régime pauvre en fibres, car ces dernières irritent le côlon », suggère Camille Deffay,  diététicienne-nutritionniste. Elle identifie deux types de fibres : les solubles et les insolubles. Le régime dépendra de vos symptômes. « En cas de constipation, mieux vaut éviter les fibres insolubles comme les féculents, légumes secs et graines oléagineuses. Ils durcissent encore davantage les selles », précise Camille Deffay. Au contraire, si vous souffrez de diarrhées, la nutritionniste recommande d’avoir la main légère sur les fibres soluble. Les légumes et fruits ne vont qu’amplifier ce symptôme inconfortable.

Des menus composés par notre nutritionniste

Au petit déjeuner :

Régalez vous avec du thé, des biscottes ou du pain blanc avec un peu de beurre. Attention, la mie du pain ou la biscotte doivent encore être visibles sous le beurre étalé. Vous pouvez aussi vous laisser tenter par de la confiture et un laitage.

Au déjeuner et dîner :

Cuisinez les légumes sous forme de soupe bien mixée, purée bien lisse ou ratatouille. Vous pouvez agrémenter vos plats avec un zeste d'huile et d'herbes, mais en évitant les épices trop fortes afin de fluidifier le transit intestinal. Misez aussi sur le poisson blanc ou la viande blanche. Ils sont moins gras et facilitent le transit. Vous pouvez aussi cuisinez le riz blanc bien cuit ou les pâtes blanches, en terminant votre encas par un laitage ou une compote de fruits.

Les quantités vont dépendre des besoin de chacun. "En revanche, veillez à bien cuire les aliments afin de réduire l'apport en fibres et favoriser la digestion", conseille Camille Deffay. Evitez les céréales complètes et les légumes secs qui sont par définition riches en fibres. Pensez à bien mastiquer les aliments. Cela va diminuer l'apport en fibres. Eviter de manger trop gras, afin de faciliter la digestion et le transit. En effet, les lipides se digèrent plus lentement que les autres nutriments, et augmentent ainsi le travail de l'estomac et des intestins. De la même manière, évitez l'alcool.

Si vous êtes constipé, pratiquez un sport ou une activité physique. Ils permettent  l'évacuation des selles. Pensez à vous hydrater continuellement ( au moins 1,5L d'eau/ jour), et surtout en cas de constipation. Cela favorise l'humidification des selles et leur évacuation.

Vous pensez souffrir du côlon irritable ?

HelloConsult, première plateforme de téléconsultation en France, vous permet de trouver rapidement un nutritionniste capable de vous accompagner et surtout de vous aider repenser votre alimentation. La consultation se fait en ligne, quand vous le voulez, de façon simple et sécurisée.

Trouvez un(e) nutritionniste Consultez un autre professionnel