Cancer : des séquelles encore 25 ans après les traitements…

. 2 minute lire

En cette journée mondiale de lutte contre le cancer, on vous livre le 7ème rapport de l’Observatoire sociétal des cancers publié par la Ligue contre le cancer. Selon ses chiffres, les conséquences de la maladie sont encore présentes 25 ans après la rémission chez certains patients…

« L’un des évènements les plus marquants d’une vie », estiment 73 % des anciens malades lorsqu’ils évoquent leur cancer. Selon cette étude réalisée par l’Observatoire sociétal des cancers, la maladie bouleverse la vie des patients sur tous les plans et y laisse des conséquences parfois plus de 25 ans après la fin des traitements. Dans un communiqué, la Ligue parle de 10 à 15 ans pour voir les effets du cancer diminuer sans « jamais complètement s’estomper ». Si près des 60 % des malades s’en sortent aujourd’hui, l’après-cancer semble tout aussi difficile à gérer que la maladie en elle-même.

Des séquelles physiques mais pas seulement…

Quand le cancer s’immisce dans une vie, il rafle tout sur son passage. Comme une tornade qui ne prévient pas, et qui arrive lorsque l’on s’y attend le moins. Notre corps, notre confiance en nous, notre couple, notre sexualité ou encore notre travail…rien n’est épargné. Lorsqu’un patient parvient à s’en sortir, on imagine qu’il reprend sa vie ou il l’avait arrêtée. Fin des traitements, fin des contraintes, fin des douleurs. On a tort. Selon l’enquête dévoilée par la Ligue, les conséquences d’un cancer se ressentent plus de 25 ans après la fin des traitements pour certains : les anciens patients conservent des séquelles physiques, subissent encore les effets psychologiques, endurent des conséquences financières ou professionnelles, et ont dû modifier leurs projets de vie. 17 % des patients sondés affirment n’avoir jamais repris leur activité professionnelle. Et s’ils ont pu retrouver un emploi, leur état les a contraints à changer de métier pour certains. Enfin, 1/3 des personnes estiment subir une perte financière due à l’après-cancer.

Des frais qui ne cessent pas à la fin des traitements

Les frais occasionnés par la maladie ne s’arrêtent pas dès la fin des traitements. La moitié des patients déclarent avoir des charges jusqu’à 5 ans après. Et 2 personnes sur 10 en déclarent plus de 25 ans après les traitements ! La nature de ses frais ? Les médicaments peu (ou pas) remboursés afin de soigner les effets indésirables de l’après-cancer, les consultations avec certains professionnels (psychologue, nutritionniste…), les dépassements d’honoraire pour les reconstructions mammaires par exemple, ou encore les problèmes dentaires survenus avec la maladie.

Les patients « abandonnés » à l’après-cancer

Cette enquête a pour but de mettre en lumière les besoins des malades à l’issue des traitements. Plus de la moitié des personnes sondées estiment que l’après-cancer s’est avéré particulièrement déroutant. 1 personne sur 3 considère que cette période est encore plus éprouvante que les traitements, 4 personnes sur 10 pensent ne pas avoir été assez bien préparées à cette période, quand 1 personne sur 3 s’est sentie abandonnée à l’après-cancer. Aujourd’hui, grâce à cette enquête, la Ligue contre le cancer souhaite faire entendre les besoins des malades, surtout lorsqu’ils sont « guéris ». Elle demande une protection sur le long terme pour les anciens patients.